Des chercheurs américains ont édifié pour la première fois un clone du virus Zika.

Ce clone permettrait d’accélérer les recherches pour une piste thérapeutique afin d’enrayer ce virus grâce à un anti viral et un vaccin.
Cette avancée publiée le lundi 16 mai 2016 dans la revue «Cell Host and microbe» va aider les virologues à définir si les souches du Zika développent des mutations leur allouant une expansion rapide et une sévérité des symptômes et également élucider plusieurs mystères autour de ce virus.
Pei-Young Shi, professeur à l’Université du Texas Medical Branch a évoqué dans le cadre de ces travaux : « Le nouveau clone du Zika qui s’ajoute à la mise en exergue d’un modèle mathématique d’une infection transmise par les moustiques et d’un modèle animal de recherche par une expérimentation sur les souris représente une avancée importante pour déterminer pourquoi ce virus est responsable de malformations graves comme la microcéphalie fœtale et des complications neurologiques ».
Par ailleurs, les chercheurs américains ont voulu s’assurer que ce clone était capable d’infecter le moustique Aedes aegypti, principal vecteur du virus émergent pour l’homme. Ils ont donc nourri l’insecte avec du sang humain contenant le clone de Zika, puis les ont disséqués pour identifier les moustiques infectés. Le clone du virus a contaminé autant d’insectes que le virus Zika, ce qui indique que le clone est hautement infectieux pour le moustique Aedes aegypti.
En revanche, même avec ce progrès, le développement de traitements pour l’infection au virus Zika sera long et malgré plusieurs essais de vaccins candidats, un vaccin pour cette infection ne sera pas développé avant la fin de l’année 2016.