Les premières cornées humaines ont été imprimées en 3D par des scientifiques de l’Université de Newcastle, au Royaume-Uni.

Cela signifie que cette technique pourrait être utilisée à l’avenir pour assurer un approvisionnement illimité de cornées.

Il est à savoir que 10 millions de personnes dans le monde sont dans le besoin d’une transplantation afin de prévenir la cécité cornéenne à la suite de maladies telles que le trachome, un trouble oculaire infectieux.En outre, près de 5 millions de personnes souffrent de cécité totale due à des cicatrices cornéennes causées par des brûlures, des lacérations, une abrasion ou une maladie.

La recherche publiée dans ExperimentalEyeResearch, rapporte comment les cellules souches (cellules stromales cornéennes humaines) provenant d’une cornée de donneur saine ont été mélangées avec de l’alginate et du collagène pour créer une solution qui pourrait être imprimée.

À l’aide d’une simple bio-imprimante 3D à faible coût, la bio-encre a été extrudée avec succès en cercles concentriques pour former une cornée humaine. Il a fallu moins de 10 minutes pour l’imprimer.

Che J.Connon, professeur de génie tissulaire à l’Université de Newcastle, qui a dirigé les travaux, a déclaré que de nombreuses équipes à travers le monde ont recherché l’encre bio idéale pour rendre ce processus réalisable. Pour leur part, le gel utilisé est unique – une combinaison d’alginate et de collagène – maintient les cellules souches vivantes tout en produisant un matériau suffisamment rigide pour conserver sa forme, mais assez souple pour être expulsé d’une imprimante 3D.

Les scientifiques ont également démontré qu’on pouvait fabriquer une cornée correspondant aux caractéristiques uniques d’un patient.Les dimensions du tissu imprimé provenaient à l’origine d’une cornée réelle. En scannant l’œil d’un patient, les données pourront être utilisées pour imprimer rapidement une cornée qui correspond à la taille et la forme.

Les cornées imprimées en 3D devront maintenant subir d’autres tests et il faudra plusieurs années avant qu’elles puissent être utilisées pour les greffes.

Cependant, les scientifiques ont montré la possibilité d’imprimer des cornées en utilisant des coordonnées prélevées sur l’œil d’un patient et que cette approche a le potentiel de lutter contre la pénurie mondiale.

Source: Université de Newcastle