OMS : Publication des premières données de surveillance de l’antibiorésistance

Les premières données de surveillance de l’antibiorésistance publiées le 29 janvier 2018 par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) mettent en évidence des niveaux élevés de résistance à plusieurs infections bactériennes graves dans au moins 22 pays (de revenu élevé comme de revenu faible) sur les 52 (25 pays à revenu élevé, 20 pays à revenu intermédiaire et 7 pays à revenu faible) participants au Système mondial OMS de surveillance de la résistance aux antimicrobiens, appelé GLASS.
La résistance aux antibiotiques serait un problème très commun qui aurait touché au moins 500 000 personnes présentant des infections bactériennes présumées.
Certaines des infections les plus courantes, et potentiellement les plus dangereuses, s’avèrent désormais résistantes aux médicaments. Comme les infections urinaires dues à l’E. coli qui présentent entre 8% et 65% de résistance à la ciprofloxacine, un antibiotique couramment utilisé contre ces infections.

«Ce rapport est une première étape majeure pour mieux comprendre la gravité de la résistance aux antimicrobiens. La surveillance est encore peu développée dans ce domaine, mais il faut absolument la renforcer si nous voulons anticiper et traiter ce qui est aujourd’hui l’une des principales menaces pour la santé publique mondiale» a expliqué le Dr Carmem Pessoa-Silva, coordonnatrice de GLASS.

Si certains pays ont des difficultés à bâtir leurs systèmes de surveillance nationaux à cause d’un manque de personnel, de financements et d’infrastructures, la Tunisie,elle, a commencé à rassembler des données sur la résistance aux antimicrobiens au niveau national.

Source : Communiqué de presse OMS – De nouvelles données révèlent l’existence de niveaux élevés de résistance aux antibiotiques dans le monde