L’endodontie est la partie de l’odontologie qui traite de l’intérieur la dent. Elle consiste dans la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies de la pulpe dentaire et des infections péri-apicales (dans l’os autour des
racines). Zoom sur cette discipline parfois méconnue avec une des rares spécialistes de la région, Dr Amira Ben Mansour.

Senda Baccar et Hela Kochbati

Présentez-nous votre parcours de spécialiste en endodontie, quelles sont les particularités de cette spécialité ?

Après avoir achevé mes six ans d’études à la faculté de médecine dentaire de Monastir, j’ai décidé de passer le concours de résidanat. Suite à une longue préparation et après l’avoir réussi, j’ai choisi la spécialité peu demandée alors que, paradoxalement, c’est le « lot » quotidien de tous les dentistes puisque tous les praticiens font l’exercice de l’endodontie, le traitement du canal dentaire, des racines de la dent, le traitement des urgences d’une dent, la prise en charge des caries… Cette spécialité est la base de la médecine dentaire, c’est-à-dire on ne peut être dentiste sans être bon dans le traitement du canal dentaire. Pendant l’exercice de cette spécialité, je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup de retours, de difficultés, il y avait énormément d’échecs. En France, on compte 30% à 40% d’échecs. De plus, on ne constate pas l’échec immédiatement mais on s’en rend compte parfois deux ans après voire plus et à ce moment, les chances de réussite sont réduites. J’ai achevé mes quatre ans de spécialité et j’ai obtenu un poste en Lybie dans une clinique privée pendant une période de deux ans. J’étais la seule spécialiste de cette clinique en endodontie qui accueillait onze dentistes de différentes nationalités (américains, italiens, jordaniens, etc.). J’ai renforcé mon expérience, travaillant souvent plus de neuf heures par jour. Entre temps, j’avais commencé à préparer mon cabinet en Tunisie afin que mes confrères puissent collaborer avec moi pour le bien de leurs patients et pour qu’ils optimisent leur temps en faveur des soins de prédilection de leur cabinet et qu’ils ne perdent plus leur temps sur les soins du canal qui leur prennent top de leur temps. En parallèle, dans la mesure où je suis passionnée de transmission du savoir et de formation, j’ai répondu à de nombreuses sollicitations pour animer des conférences dans plusieurs pays en Afrique, en Europe et au Moyen Orient. Cela me permet de participer à plusieurs congrès, de me faire connaitre et de rester à jour.
Actuellement, je suis installée en Tunisie et je travaille par correspondance avec mes confrères. En général, les patients ne viennent pas me voir spontanément et directement. Dans la majorité des cas, ils me sont adressés par mes confrères. L’endodontie est une spécialité qui prend beaucoup de temps, demande beaucoup de concentration et de
matériel très spécifique. C’est pour cette raison que les omnipraticiens préfèrent m’envoyer leurs patients.

L’endodontie en quelques mots… fait-elle partie de la médecine esthétique ?

L’endodontie est un domaine de la dentisterie qui consiste à traiter les canaux dentaires par la dévitalisation des dents. Généralement, ce sont des cas d’urgence dentaire, les fameuses « rages » de dent qui sont le résultat d’un nerf affecté. L’endodontie est une spécialité d’urgence, ce n’est pas une spécialité de luxe ni d’esthétique. Le traitement endodontique est une obligation provenant d’indications très précises.

Pourquoi réaliser un traitement endodontique ?

La dent comprend des nerfs et des vaisseaux sanguins à l’intérieur et qui forment la pulpe dentaire. En cas de problème, notamment une inflammation, cela procure des douleurs atroces nous obligeant à dévitaliser la dent. Certaines dents peuvent être traitées facilement, dans d’autres cas, les accès sont très difficiles pour diverses raisons : canaux très fins-calcifiés, courbes ou très long frôlant le sinus maxillaire causant une sinusite, kystes, abcès chroniques et à répétition, etc. Mes confrères m’adressent leurs patients pour une meilleure prise en charge, simplement car la médecine dentaire est un domaine en plein expansion, et les dentistes en Tunisie sont de plus en plus spécialisés en tout ce qui est implantologie et dentisterie esthétique Il est important de préciser que je ne suis pas plus compétente que les autres dentistes. Ce n’est pas une question de compétence mais plutôt de temps, de répétition des actes et de perfectionnement des soins. Mes confrères pratiquent plusieurs actes extractions, empreintes, chirurgies, …) et n’ont pas une heure à consacrer pour chaque traitement canalaire.

L’endodontie est un domaine qui s’attache à la prévention de la santé bucco-dentaire, au diagnostic et au traitement des maladies de la pulpe dentaire et des infections péri-apicales situées dans l’os autour des racines dentaires. A l’intérieur d’une dent, la pulpe est composée de vaisseaux sanguins et de nerfs. Celle-ci s’étend de la couronne jusqu’à l’extrémité des racines, là où elle est en communication avec les tissus de la mâchoire. Après un traitement de la dent par endodontie, la dent est réparée, avec une obstruction si elle n’est pas trop abîmée ou avec une restauration prothétique grâce à une couronne. L’étanchéité obtenue permettra d’éviter que la dent ne soit altérée ou recolonisée par des bactéries de la cavité buccale.

Comment se déroule un traitement endodontique ?

On débute systématiquement par un questionnaire. L’interrogatoire du patient permet d’obtenir l’historique de la dent et l’origine des douleurs. Le patient est mis en confiance parce qu’on a tous besoin de parler et c’est très intéressant de le laisser exprimer son malaise. Ensuite, on pose le diagnostic Cet examen comprend systématiquement un examen radiologique. Les imageries radiographiques sont indispensables pour moi. J’anesthésie et je débute la séance qui dure entre 30 et 45 minutes. Généralement, une séance suffit sauf en cas de difficultés.
Il existe plusieurs types de technologies qui peuvent être associées à la prise en charge par endodontie : les radiographies numériques, les lasers, le microscope… L’endodontie est un domaine qui en effervescence avec des recherches et des travaux associés en lien avec la microbiologie, les biomatériaux, etc.

Quels sont les éventuels effets indésirables ?

Aucun ! Il est possible de lire des bêtises à ce sujet. Le traitement endodontique n’est pas un choix mais une indication quand une pathologie de la pulpe dentaire s’installe. Quand le traitement est bien réalisé, la dent est conservée et il n’y a pas d’effets secondaires. En revanche, les problèmes interviennent quand le traitement endodontique n’est pas correctement réalisé et que surviennent abcès, kystes, cellulites, sinusite maxillaire d’origine dentaire et autres infections.

Des traitements complémentaires doivent-ils être associés avec le traitement du canal ?

Effectivement, je m’occupe des racines uniquement, je ré-adresse le patient à son médecin traitant systématiquement, qui va continuer le travail à travers la reconstitution de la dent et la mise en place d’une couronne prothétique.

Quand préconiser une endodontie chirurgicale ?

Aujourd’hui, grâce aux bons résultats qu’on peut avoir, on a de moins en moins recours à la chirurgie endodontique.
Les endodontistes sont très conservateurs. On essaye de soigner avec le moindre dégât. Dans 90% à 95% des cas, il suffit juste de patienter trois à six mois pour que la lésion disparaisse.

Quelle est l’actualité de votre cabinet et les perspectives de l’endodontie en Tunisie ?

Pour mes actualités, je suis en train de numériser mon cabinet. Je reprends également une activité qui me tient vraiment à coeur. Il s’agit de mes conférences. En effet, mis à part le fait de soigner les malades, je me fais un plaisir en fin de chaque journée en archivant les cas pour pouvoir les partager avec mes confrères et en discuter. C’est important et ça me permet de me surpasser. Je compte reprendre mes études en histologie et en bactériologie probablement en sociologie. Encore faut-il que je trouve le temps (rire) !
Quant à la spécialité en Tunisie, nous sommes peu de spécialistes mais de plus en plus d’étudiants en médecine dentaire s’intéressent à notre spécialité. Auparavant, ces derniers pensaient que l’endodontie ne rapportait pas assez d’argent et ils s’orientaient vers l’implantologie et la dentisterie esthétique avant même d’acquérir la base. Pourtant, c’est la spécialité la plus demandée. Généralement, les patients consultent en cas de douleur. Leur première demande est d’être soulagés. J’incite vivement les étudiants, les nouveaux diplômés et les dentistes fraîchement installés qui s’obstinent à suivre des formations en implantologie à ne pas négliger la base de leur pratique. On ne peut pas réussir une prothèse sans un bon traitement canalaire

Le mot de la fin…

Votre visite m’a fait énormément plaisir. Cela m’a permis de partager ma passion qui est ma profession avec vos lecteurs. J’ai accepté cette interview parce que votre publication spécialisée n’a pas de visée publicitaire et qu’il s’agit d’un support conscient et intelligent, destinée à des professionnels de la santé. Les dents sont précieuses mais on ne se rend compte de la valeur de notre dentition qu’au moment de la douleur ou de la perte. Le sourire est primordial pour la communication. Plus grave, la fonction de mastication et de déglutition sont en jeu. Enfin, j’incite les lecteurs à visiter leurs dentiste au moins une fois par an pour un contrôle et surtout d’éviter l’automédication qui ne fait que camoufler la symptomatologie sans pour autant soigner la cause. D’ailleurs les dentistes, à l’inverse des autres médecins, sont très peu prescripteurs de médicaments