E-santé : impression 3D d’une artère

Une équipe australienne a réussi de créer l’artère d’un patient grâce à un supercalculateur et l’impression 3D, afin d’aider la pose d’un stent. Puisqu’il est impossible de voir de manière précise ce qui se passe autour du cœur, des chercheurs de l’université de Melbourne ont eu l’idée d’évacuer les vaisseaux pour les observer d’une manière indirecte, tout en associant un angiogramme, un superordinateur et une imprimante 3D.

Pour aboutir à cet exploit médical, les chercheurs ont effectué une simple angiographie des vaisseaux concernés. Les images ont ensuite été traitées par un superordinateur qui, en moins d’une journée, a produit une modélisation tridimensionnelle. Ensuite, il ne restait plus qu’à imprimer en trois dimensions les artères, de repérer précisément les zones à risque, à l’œil nu, et de sélectionner le stent approprié.

La plupart des incidents cardiovasculaires graves sont causés par des plaques d’athéromes, une accumulation de lipides, de produits sanguins, de tissus adipeux et d’autres dépôts. Lorsque ces plaques d’athéromes atteignent un certain volume ou lorsqu’elles se détachent, elles peuvent entraîner l’obstruction d’un vaisseau, et provoquer des syndromes coronariens aigus.

A l’heure actuelle, il est encore difficile de déceler avec précision ces plaques avant qu’elles n’apparaissent et induisent des signes révélateurs. En revanche, même les caméras tomographiques, qui disposent pourtant d’une résolution inférieure au micron, ne suffisent pas dans la plupart des cas. Le Pr Peter Barlis a déclaré : « Si nous pouvions identifier les plaques à haut risque plus précisément et précocement, nous pourrions prendre en charge les infarctus avant même qu’ils n’interviennent ».