Le Pr David Khayat, chef de service de cancérologie à la Pitié-Salpêtrière a présenté les dernières avancées en matière de cancer du poumon à cellules épidermoïdes, publiés dans la revue Nature Communications, les résultats se basent sur une analyse d’échantillons de tumeurs chez des patients atteints d’un cancer épidermoïde, de tumeurs humaines primaires xénogreffées sur des souris et sur les données du Cancer Genome Atlas.

Cancer du poumon dopé par le glucose

Les tumeurs dans cette forme de cancer non à petites cellules, dépendent du glucose, tandis que les tumeurs de cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) en sont largement indépendantes.
Les chercheurs ont découvert des concentrations élevées de GLUT1, un transporteur du glucose, dans le cancer du poumon à cellules épidermoïdes.
L’hypothèse stipulant que le transporteur GLUT1 et la dépendance tumorale au glucose sont un axe de développement de nouveaux traitements pour combattre la maladie.

Ces résultats ont un grand impact sur la prévention du cancer et les régimes alimentaires chez les malades. L’équipe souhaite à présent savoir comment d’un point de vue scientifique, la progression du cancer peut être ralentie grâce à un changement de régime alimentaire diminuant l’apport en glucose.

Commentaires

commentaires