Du ’roundup’ dans les tampons hygiéniques

Une étude menée par des chercheurs argentins de l’Université de la Plata, a démontré que des traces de glyphosate, un puissant désherbant, ont été détectées dans 85% des tampons et serviettes hygiéniques.

Etant le désherbant le plus utilisé au monde, le glyphosate est plus connu sous son nom commercial « le roundup » et jugé comme étant « probablement cancérogène » selon l’OMS.

Toujours selon cette étude, le glyphosate serait contenu, en plus des tampons et serviettes, dans les cotons et compresses et ceci s’explique par le fait que la majorité du coton utilisé en Argentine est génétiquement modifié.

Selon le Dr Laurent Chevalier, chef de l’unité de médecine environnementale du CHU de Montpellier, les expositions répétées à ce pesticide peuvent perturber le métabolisme humain.

Le problème qui se pose en plus, c’est qu’en général, et dans la plupart des pays, aucune réglementation n’oblige les fabricants de tampons à communiquer sur leur composition.

Commentaires

commentaires