Un test de dépistage pour la maladie du foie gras

Un test de dépistage pour la maladie de Nash a été mis au point par des chercheurs français de différents établissements universitaires de santé, et a été présenté au cours du symposium du 6 au 7 juillet 2017 à Paris.
Ce test permet de déceler la présence de la stéatose non alcoolique (NASH), il est baptisé « eLift ». Les résultats des travaux de la mise en application de ce test de dépistage ont été décrits dans le « Journal of Hepatology » et concluent à un taux de succès de 78% de dépistage de la maladie du foie gras.
Cette pathologie négligée ou mal traitée provoque une fibrose hépatique et évolue vers le cancer du foie, une maladie oncologique potentiellement mortelle. Le dépistage précoce de cette pathologie hépatique permet une meilleure prise en charge des patients. Le principal facteur de risque de cette affection est l’obésité. La prise en charge peut se faire par procédé chirurgical pour les sujets obèses avec une chirurgie bariatrique.

D’autre part, une étude médicale a été effectuée en mars 2015 en France montrant l’intérêt de l’intervention chirurgicale, elle a été menée sur 890 patients dont 261 souffraient de la maladie stéato-hépatique non alcoolique. L’intervention avait un taux de réussite de 85%. Toutefois, la prise en charge chirurgicale n’empêchait pas la récidivité ou la prise du poids.
La maladie du foie gras affecte les consommateurs en excès du gras, des sucreries et d’alcool et parmi les facteurs de risques de cette affection hépatique, il y a le diabète. L’accumulation de gras au niveau de l’organe hépatique entraîne des lésions inflammatoires et des altérations des hépatocytes. La Nash représente 10% des pathologies hépatiques chroniques.

(Illustration : Der Völler (Le Glouton), 1804 – Georg Emanuel Opiz )

Commentaires

commentaires