Un traitement par ultrasons de l’endométriose en phase de test clinique

L’endométriose affecte une femme sur dix. Les symptômes de cette inflammation de l’endomètre se manifestent souvent par des douleurs abdominales. L’atteinte digestive est courante pour cette affection et qui est caractérisée par la présence de débris de l’endomètre qui migrent et touchant l’appareil digestif. L’endomètre des patientes couvre l’utérus, migre via les trompes et se développe ailleurs que dans l’utérus, créant des lésions. La localisation de débris endométriosiques peuvent être « in situ » au niveau de l’endomètre ou migrer vers autres organes abdominales dont les organes digestifs. C’est pour cette raison que l’évolution de l’endométriose engendre des kystes ovariens, au niveau des trompes utérines, dans les zones situées entre la vessie, l’utérus et le vagin et également au niveau du rectum. L’endométriose peut entraîner des troubles de la fertilité chez les femmes en âge de procréation. Il faut dans certains cas retirer la partie de l’organe endommagée ou enlever les lésions de la paroi digestive. Parfois, il suffit de médicaments antalgiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens, voir des injections annuelles d’analogues de la GnRH. En revanche, dans d’autres cas, il faut une intervention très lourde pour les patientes.
Pour éviter les conséquences de cette maladie utérine, une équipe du Centre Hospitalo-Universitaire de Lyon a eu l’idée d’utiliser un appareil à ultrasons pour dévitaliser les lésions causées par l’endométriose.
La contrainte actuel de l’appareil est que la sonde utilisée, introduite dans le rectum, n’est pas franchement adaptée à l’anatomie féminine. Ce traitement par des ultrasons est destiné au départ à la prise en charge du cancer de la prostate.
Les ultrasons sont focalisés sur les lésions. Le Pr Gil Dubernard, gynécologue-obstétricien: « On va avoir un effet thermique au niveau de la zone de focalisation qui va monter à 80-90 degrés ». Ainsi, quelques minutes permettent de traiter les lésions. Les ultrasons ne font pas disparaître le nodule, l’idée est simplement de le dévitaliser et de le nécroser.
Actuellement, cinq patientes, sur les dix autorisées, ont été opérées dans le cadre de cet essai clinique. L’étude doit s’achever à l’automne.
A terme, le traitement par ultrasons pourrait bénéficier annuellement à de nombreuses femmes atteintes d’endométriose.