Traditionnellement, les services de santé du Nord ont longtemps attiré les patients du Sud. Aujourd’hui, la fermeture de l’Europe et la cherté de la vie rendent bien moins attrayants les établissements sanitaires européens. Les facteurs qui hier attiraient vers les systèmes de santé au Nord ont perdu de leur aura face à l’offre d’autres pays, bien plus attractifs, comme la Tunisie tant pour ses compétences médicales que pour la faiblesse des coûts.

Senda Baccar

En Tunisie, le secteur de la santé se porte bien. C’est le moins que l’on puisse constater ces vingt dernières années à travers une demande toujours plus croissante à la fois de la population active dont l’augmentation rapide a engendré une pression croissante sur le marché du travail mais aussi à travers le développement de services de pointe destinés à une clientèle privée étrangère, très exigeante.
Tant l’élévation des niveaux de formation, que la standardisation des procédures et protocoles médicaux et la disponibilité des produits pharmaceutiques et du matériel médical sur le marché, ou encore la qualification des praticiens ont permis de rattraper voire de dépasser l’offre sanitaire de pays dits « avancés ».
Cela s’est immédiatement traduit par le bénéfice d’une indépendance locale, avec une réduction des importations de service de santé et, au-delà, en permettant à la Tunisie de devenir rapidement une plate forme sanitaire de renom,
exportatrice de services de santé, y compris d’ailleurs dans le cadre des infrastructures sanitaires publiques qui se sont développées en parallèle avec les organismes privés de soins.
D’excellentes performances dans le domaine de la santé qui jouissent de divers facteurs tels que l’augmentation constante d’un corps de spécialistes de haut niveau, l’amélioration de leurs compétences techniques à travers la formation continue et un bond qualitatif dans la qualité des soins et prestations proposées. Ces ressources humaines évoluent en outre dans des structures de pointe, s’appuyant sur des plateaux techniques performants.

La Tunisie, destination santé de choix

La Tunisie, destination santé de choix Ce n’est pas que dans le passé que la Tunisie a joué un rôle de choix dans les échanges entre l’Europe et l’Afrique. Carrefour de civilisations, notre pays est devenu au fil des ans une véritable locomotive, plaque tournante pour l’investissement et les échanges commerciaux.
Avec un climat doux et agréable pratiquement toute l’année, notre petite pays a su devenir grand par les indicateurs de développement. Dans le domaine de la santé, il s’est taillé une place de choix pour la patientèle européenne ou africaine qui vient y bénéficier de soins médicaux de pointe ou de soins thermaux ou encore d’opérations d’embellissement, en particulier de chirurgie esthétique.
A mi chemin entre l’Afrique et l’Europe, bien desservie par différentes compagnies aériennes notamment la compagnie
nationale qui a mis l’ouverture de nouvelles destinations africaines au coeur de sa politique commerciale, la Tunisie et Sfax en particulier offrent un point d’atterrissage alternatif très attractif aux patients des pays africains.
Le développement d’accords bilatéraux ou multilatéraux en termes de couverture sociale de ses prises en charge devrait permettre de faciliter encore plus l’avenir de ces échanges et des prises en charge sanitaires sachant que les honoraires et coûts en Europe sont généralement estimés au double de ceux pratiqués sous nos cieux, voie au triple concernant les soins dentaires, pour une qualité de soins équivalente !
Aujourd’hui, déjà, plus de 120.000 patients provenant de divers pays africains (Algérie, Côte d’ivoire, Lybie, Mauritanie , etc.) et 20.000 d’Europe ont bénéficié de soins en Tunisie, y compris pour des pathologies lourdes
nécessitant des soins sophistiqués et extrêmement techniques : check-up, traitements médicaux, séances d’hémodialyse, soins oncologiques, opérations cardiovasculaires ou ophtalmologiques, chirurgie esthétique, etc. ou enfin soins de confort (thermalisme et thalassothérapie) à des tarifs abordables.

Du tourisme médical aux pathologies lourdes

Ce qu’on appelait le « tourisme médical » a évolué de la cure de thalasso à la prise en charge de tout type de pathologie, de l’anomalie cardiaque à la greffe d’organes… même si l’on ne peut nier que c’est d’abord grâce aux performances accomplies par nos médecins en chirurgie esthétique que la destination, bénéficiant du bouche à oreille d’européens expatriés puis de la médiatisation à l’étranger de ses exploits médicaux, s’est faite connaître et reconnaître.
Outre le réseau et la carte sanitaire exceptionnelle dont dispose la Tunisie, son avantage repose sur un personnel
qualifié et bénéficiant des meilleures formations de base et continue. Chaque année, 700 à 800 médecins et 2.000 paramédicaux sont formés afin de prendre en charge des patients exigeants dans des plateaux techniques de pointe.
Seul ou en famille, le patient étranger bénéficie en Tunisie des meilleures conditions d’hospitalisation mais aussi, grâce à un secteur hôtelier adapté offrant des services exceptionnels, des meilleures conditions pour sa convalescence et son suivi médical, y compris pour les séjours de moyenne et longue durée.
Enfin, il est indéniable que le patient étranger bénéficie également d’une attention particulière, spécifique et individualisée en raison de son éloignement de son pays d’origine. Traité comme un « VIP », il mérite, en venant se
soigner dans un pays frère et ami, d’être chouchouté tout particulièrement afin qu’il se remette dans les meilleures conditions.

Youssef Ghayaza

Dr Youssef Ghayaza

Président de la Chambre Syndicale des Cliniques Privées de Sfax (CSCPS)

L’ancienne politique de formation de médecins, de pharmaciens et de chirurgie dentaire, en créant quatre facultés de médecine, une faculté de pharmacie et une faculté de médecine dentaire et oeuvrant à l’élaboration des centres hospitalo-universitaires(C.H.U) a permis à la Tunisie d’être au diapason des pays qui ont pu établir un système de santé et de couverture sanitaire quasi totale pour les patients tunisiens. Sfax en est un fleuron.
Durant toutes ces années, les partenaires de la santé ont réussi à couvrir le traitement des citoyens et se sont ouverts sur les patients algériens et libyens. En ce moment, nous pensons qu’il faudrait développer cette activité pour l’Afrique, voire même l’Europe.
Nous nous efforçons aujourd’hui par le biais de ce forum Tuniso-africain à faire évaluer cette démarche. C’est la raison pour laquelle on a choisi l’intitulé Sfax pole de santé. Il est à préciser que Sfax est dotée de 11 cliniques de haute performance. Les polycliniques sont d’une capacité de 700 lits se trouvant dans un cadre où 2000 médecins sont en exercice, où le quotient sur nombre d’habitants est le mieux placé du monde .Ces établissements embauchent 2500 personnels médicaux et paramédicaux, de même les polycliniques de Sfax sont dotées d’équipements les plus sophistiqués et les plus modernes.
Nous voudrions remercier tous nos amis Africains qui ont eu la peine de se déplacer pour honorer par leur présence ce forum et nous espérons nouer avec eux une coopération pour le bien de nos peuples.

Commentaires

commentaires