Décision du le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique

Les étudiants en médecine, médecine dentaire et pharmacie ayant étudié à l’étranger ne pourront plus poursuivre leur cursus dans les établissements tunisiens, tout comme les étudiants concernés par ces spécialités ne pourront plus être mutés d’une faculté à une autre.

Telle a été la décision prise par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, publiée dans un communiqué le 4 juillet 2016. Une loi qui sera appliquée à partir de l’année universitaire 2016-2017, celle-ci visant la poursuite du processus d’accréditation exigé par l’OMS, ainsi que la garantie de l’égalité des chances et le respect de la capacité d’accueil, de formation et d’encadrement des facultés du pays.

Cette accréditation, dont la date butoir est fixée à 2023, consiste en la révision des méthodes d’enseignement, l’établissement de nouvelles stratégies, la bonne gouvernance, la révision du contenu, l’évaluation de l’apprentissage, la mobilisation des ressources humaines, matérielles et techniques.

Sans la mise en place des réformes requises pour répondre aux normes internationales exigées par la Fédération internationale de la formation médicale et par l’OMS, le diplôme de docteur en médecine de nos facultés ne serait plus reconnu.

Une stratégie devra donc être mise en place par les facultés de médecine tunisiennes et ce, afin d’améliorer l’enseignement en s’inspirant du concept de leur responsabilité sociale.

Jaouida Ben Aouali

Commentaires

commentaires