Prévention du processus d’hypertrophie cardiaque

Dr Lynn Megeney, spécialiste de médecine régénérative à l’Institut de Recherche de l’Hôpital d’Ottawa (IHRO), a découvert que certaines protéines impliquées dans la mort normale (programmée) des cellules jouaient également un rôle significatif dans l’épaississement anormal du muscle cardiaque. En bloquant ces protéines spécifiques du cœur, un tel dommage peut être évité, voire même être réversible. Cet épaississement, connu sous le nom d’hypertrophie cardiaque, peut être une réponse bénéfique à l’exercice ou à une grossesse. Mais le plus souvent, il s’agit d’une conséquence non souhaitée de stress tels que l’hypertension, le diabète, la crise cardiaque et certaines conditions génétiques, pouvant conduire le cœur à grossir de deux fois sa taille et finalement l’empêcher de fonctionner convenablement, la transplantation étant alors le seul traitement viable. Des cardiologues pensent qu’entre 10 et 15% de la population expérimenteront à un moment une hypertrophie cardiaque. Cette découverte ouvre la voie à la prévention du processus d’hypertrophie à un stade très précoce.

(Source : Proceedings of the National Academy of Sciences -7 octobre 2013) ν