Maroc : Droit à l’avortement

Une liste de médecins vient d’être dévoilée par l’Association marocaine pour la lutte contre l’avortement. L’association menace contre la pratique de l’avortement pour 1.500 à 3.000 DH et en réalité 1.400 avortements seraient pratiqués par jour. Le nombre de cas aurait même augmenté de manière exponentielle au cours des dernières années.

Lorsque les femmes souhaitent avorter, elles font de moins en moins appel aux pratiques traditionnelles, les avortements pratiqués par les médecins n’en sont pas pour autant moins dangereux, vu qu’ils se pratiquent dans le secret et des conditions insalubres qui ne respectent pas les normes sanitaires.

Des données viennent de montrer le nombre des patientes, qui sont souvent des mineures, des employées de maison ou des jeunes étudiantes qui ne manquent pas de provoquer un débat dans les rangs de la classe politique et au sein de la société civile. Des militantes pour le droit des femmes à l’avortement ont appelé le Parlement au vote d’un projet de loi qui réglemente l’avortement. Le débat sur ce sujet n’est pas encore ouvert et les pratiques illégales continuent de sévir en mettant en péril la santé de nombre de femmes à travers tout le pays.