Santé de la femme et mortalité maternelle

Aujourd’hui,  la  santé  de  la  femme est  un  sujet  central.  L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fait de la réduction de la mortalité maternelle une  priorité.  En  effet,  cette  dernière  fait  partie  des  huit  objectifs  du millénaire en matière de santé globale choisis pour être réalisés d’ici la fin de 2015. La femme aspire à mieux vivre, à connaître les facteurs de risques des différentes  pathologies,  surtout  cancéreuses.  Cependant,  différents déterminants socio-économiques et culturels bornent cet accès au savoir,mais aussi limitent la prise des décisions de changements de style de vie qui vont de pair avec l’acquisition de ce savoir. Ainsi, c’est sur ce volet de capacitation de la femme et de l’établissement de nouvelles méthodes de communication  avec  elle  que s’insère la  conférence tuniso-italienne en matière de santé du sein.

 Amna Khalfaoui

La coopération tuniso-italienne en matière de santé ne fait pas beaucoup entendre parler d’elle alors qu’elle existe bel et bien. On dira même qu’elle fait un travail formidable que nous avons eu l’occasion de le découvrir durant la conférence internationale tenue à Hammamet le 13 et le 14 mars 2014 sous le patronage du ministère de la Santé et le ministère des Affaires étrangères d’Italie. Les journées ont été inaugurées par les mots de Pr Faiez Zannad, conseiller auprès du ministre de la Santé, qui a mis l’accent sur l’importance de la coopération avec les pays européens et en l’occurrence l’Italie en matière de santé et surtout en matière de cancer du sein qui constitue un véritable problème de santé publique dans notre pays. Entrer en contact avec les expériences des autres permet d’élargir les connaissances scientifiques, pratiques et en matière de communication et de prise en charge psychologique. Raimondo Do Cardona, ambassadeur d’Italie a mis l’accent sur l’importance de venir en aide aux pays relevant les défis de la démocratie et de partager les expériences pour que les autres pays ne vivent pas les mêmes difficultés par lesquelles est passé son pays en matière de cancer du sein. La crise économique ne doit pas diminuer mais au contraire renforcer la  coopération nord-sud et entre les pays du 5+5. ν