Etude sur les bénéfices de la vitamine D contre l’autisme

C’est une étude de l’Université de Queensland qui met en exergue d’autres bénéfices de la vitamine D.
La vitamine D est indispensable aux tissus osseux, dentaire et musculaire. Elle est connue pour ses bénéfices neurologiques pour la maladie d’Alzheimer et dans cette étude c’est le spectre autistique qui est mis en exergue.
Administrer des suppléments de vitamine D à des souris modèles d’autisme pendant la gestation élimine l’incidence de traits d’autisme chez leur descendance.
Une découverte publiée dans la revue « Molecular Autism » qui apporte des preuves supplémentaires du rôle concluant de la vitamine D dans la croissance du cerveau.
Si la façon la plus simple et la plus naturelle d’obtenir des niveaux suffisants de vitamine D est de profiter raisonnablement de la lumière du soleil, de consommer toute l’année des aliments riches en vitamine D, une supplémentation peut être conseillée en cas de faibles niveaux de vitamine D, en particulier durant les périodes les moins ensoleillées de l’année.
Cette étude a suggéré qu’un apport de vitamine D pourrait contribuer à prévenir le développement de TSA chez des enfants à risque génétique élevé.

Cette étude a été réalisée sur un modèle de souris. Les scientifiques ont montré que les souris gravides traitées avec de la vitamine D durant le premier trimestre de gestation mettent des petites souris exemptes de toute anomalie. Ce résultat rejoint ceux de récentes études qui ont suggéré le lien entre de faibles taux de vitamine D chez des femmes enceintes et un risque accru d’avoir un enfant autiste.
Il est connu que la vitamine D est nécessaire pour notre système osseux, sa forme active ne peut être prescrite aux femmes enceintes, car elle peut affecter le squelette du fœtus en développement.
Il s’agit de définir clairement la posologie de cholécalciférol ou vitamine D3, une forme sans danger pour les femmes en période de grossesse et qui apporte les mêmes effets que la vitamine D hormonale ou le calcitriol, active dans le sang. Par ailleurs, l’agenda thérapeutique de cet apport de vitamine D reste à mettre au point.

Source : Molecular Autism – Vitamin D treatment during pregnancy prevents autism-related phenotypes in a mouse model of maternal immune activation DOI: 10.1186/s13229-017-0125-0